Les Rendez-Vous MVF

ECAILLE AU COL

Made in France 13/02/2019

Aujourd’hui, nous avons rencontré Elsa, créatrice de la marque de noeuds papillons Ecaille au Col.

MVF : Tout d’abord, qui se cache derrière Ecaille au col ?
Elsa : Derrière Ecaille au col, il y a moi, Elsa. Je suis Designer textile de formation, mon cœur de métier est de faire des gammes de couleurs, des motifs et tout ce qui vient avant ou après le vêtement en lui même. Pour le moment je fais tout toute seule, mais j'espère pouvoir un jour faire grandir Ecaille au col et embaucher !

MVF : En quoi consiste l’activité de Ecaille au col ?
Elsa : Ecaille au col est une marque d'accessoires mode en acétate de cellulose. Cette matière est un fil rouge pour moi depuis que je travaille, à commencer par la lunetterie, où je l'ai découverte, dessinée et énormément utilisée. Puis j'ai eu envie de l'emmener plus loin, de la faire sortir de son domaine de prédilection. J'ai donc lancé ma marque d'accessoires, en commençant par les nœuds papillon.

MVF : Vous fabriquez vos produits en France, pourquoi ce choix?
Elsa : Cela va vous paraître étrange mais j'aime les gens ! C'est ce qui m'a poussé à faire fabriquer mes produits en France. J'aime aller dans les usines, trouver des solutions techniques avec les faiseurs. Les voir au travail me donne toujours de nouvelles idées. Pour moi, cela ne pouvait se faire ailleurs qu'en France, pour la proximité, mais aussi et surtout parce que c'est l'artisanat lunetier français que j'avais envie de mettre en avant. Il est peu connu du grand public et Ecaille au Col est une occasion de plus d'en parler !

MVF : Quels sont vos projets
pour la suite ?
Elsa : J'ai commencé Ecaille au col il y a un an avec des nœuds papillon et j'aimerais maintenant étendre la gamme de produits, proposer d'autres accessoires !
Quelques beaux projet sont en route…

MVF : Avez-vous une anecdote à partager sur Ecaille au col ?
Elsa : Je ne sais pas si on peut vraiment parler d'anecdotes mais Ecaille au Col me permet de réaliser des tas de choses que j'ai toujours rêvé de faire sans avoir vraiment de raison de les faire.
J'ai intégré un espace de coworking, l'atelier Meraki, où j'ai rencontré des gens géniaux ; j'ai pu participé à des salons internationaux, faire des collaborations avec des gens dont j'aime énormément le travail… C'est une vraie source d'expérimentations et de joie !

Merci à Elsa Minier,
fondatrice d’Ecaille au col,
pour cette interview.